LEXIQUE

TERMINOLOGIE PARADOXALE OU IMPERTINENTE DE COACHING INDIVIDUEL, D'ÉQUIPE ET D'ORGANISATION

Au sein d’un contexte social et professionnel depuis longtemps habitué à manier un grand nombre de termes de communication, il est bien difficile pour une technique nouvelle et fondamentalement différente comme le coaching d’affirmer et de faire comprendre son originalité, surtout en passant par les mêmes mots
De plus, le verbe est trompeur.  Il peut cacher autant qu’il ne révèle.  Lorsque les mots traduisent une pensée ou une émotion, ils ne lui sont que rarement fidèles.  D’ailleurs les mots trahissent sans discrimination ceux qui les émettent comme ceux qui les entendent.
Le coaching est une nouvelle pratique beaucoup plus qu’une une théorie.  Ce métier est une façon de faire et d’être plus qu’un corpus de connaissances.  Par conséquent, parler du métier de coach n’est pas du tout évident.  Pour définir sa différence ou sa spécificité, le choix des mots adéquats est primordial.
Par ailleurs, l’essentiel des compétences d’un coach repose sur sa pratique professionnelle d’un ensemble de techniques de communication.   Bien entendu, si la première de ces techniques est l’écoute, la seconde est l’expression qui passe obligatoirement par le judicieux choix des mots justes. 
Il est important aussi de préciser que l’écoute du coach n’est pas tant centrée sur le problème perçu ou sur l’ambition avouée par le client.  Lorsque ce dernier s’exprime ou se tait, le coach écoute surtout sa façon d’être et d’exprimer ses motivations et enjeux.  En effet, le coach ne se concentre pas seulement sur la compréhension du contenu apparent du discours, mais aussi et surtout sur la musique des phrase, sur les formes et les ombres de l’existence du client, sur le sens caché de ses expressions, sur les structures et schémas sous jacents que son exposé laissent indirectement apparaître.
En effet, afin d’accompagner son client dans un changement de perspective puis dans la mise en œuvre de nouvelles stratégies de réussite, l’écoute du coach est centrée sur le cadre de référence du client, sur sa façon de réfléchir, de sentir, et d’agir.  Le coach cherche à appréhender les croyances du client, son système de valeurs, ses habitudes de pensé et d’émotion, ses schémas de comportements etc.  C’est sur les processus du client que l’écoute du coach est centrée et ceux-ci sont souvent révélés par ses choix linguistiques.
Ensuite, le travail du coach consiste à intervenir de façon pertinente, courte et précise, pour provoquer silence et réflexion chez le client, parfois par une question, une reformulation ou encore par le partage d’une perception
Le moment d’intervenir et le choix des mots du coach sont choisis pour leur puissance, pour leur efficacité et pour leur précision.  L’objet de cette intervention verbale et presque chirurgicale est par quelques mots, de provoquer un brusque recul, de proposer un changement radical de perspective.
Cette attention particulière

  • d’une part sur la qualité de la communication du client et
  • d’autre part sur l’application pertinente de compétences choisies de la part du coach

souligne que le coaching efficace repose d’abord sur des compétences auditives, puis sur une expression verbale à la fois précise, puissante et respectueuse.
Pour illustrer l’importance primordiale des mots dans le métier de coach, ce lexique propose un retour partiel et partial sur le sens des expressions quelquefois utilisés pour décrire cette profession, et pourquoi pas pour aider à définir d’autres métiers qui se veulent proches.
Ce glossaire ne prétend pas être exhaustif. Chaque définition tente surtout de proposer au lecteur une réflexion linguistique qui se veut pédagogique sur le contexte du métier de coach « systémique » pratiqué auprès d’un individu à titre personnel ou professionnel, quelquefois au sein d'une équipe, d'une entreprise ou d’une organisation. 
Sachant que chaque définition ci-dessous renvoie souvent le lecteur d'un terme à un autre, et sachant que le sens que nous donnons à chacun des mots ne peut être véritablement compris qu'en percevant sa place au sein de l'ensemble auquel il participe, il est suggéré de consulter le lexique dans son ensemble, et bien entendu de façon aléatoire.  A cette fin, l’ordre des termes proposé dans ce glossaire est alphabétique.

Pour vous procurer le Dictionnaire du Coaching, paru aux Editions d'Organisation en 2009



0-9- A- B- C- D- E- F- G- H- I- J- K- L- M- N- O- P- Q- R- S- T- U- V- W- X- Y- Z

Coachs

Professionnels de l'accompagnement de personnes, d'équipes ou d'organisations qui se veulent résolument centrés sur le développement de leur performance mesurable. Ne pas confondre avec d'autres professions proches, tels l’instruction, le conseil, la formation ou la relation d'aide. Ne pas confondre non plus avec des démarches relationnelles, peu quantifiables ou centrées sur l'augmentation du confort comme pour « mieux se sentir », « mieux s'entendre », « mieux se connaître », etc.
Pour proposer des définitions plus originales, un coach est un « provocateur de succès », un « agitateur de performances », ou encore un « booster de réussite ».
Le coaching est issu du monde du sport voire de la haute compétition, comme lorsqu'un athlète exigeant envers lui-même souhaite se poser des questions relatives aux moyens personnels ou aux ressources internes et externes qu'il doit mobiliser et mettre en oeuvre pour augmenter sa performance mesurable.
Si l'art du coach consiste à accompagner le développement de la performance de son client (sans jamais se mettre sur la trajectoire de sa raquette, ni de sa balle), son approche peut le différencier du métier d'entraîneur plutôt compétent dans l'enseignement ou dans l'apport et le rodage de contenus et de méthodologies dont l’efficacité est déjà reconnue par tous.
Il est à souligner que si des connaissances théoriques variées (A.T., PNL, psychologie, finances, médecine, Approche Système, etc.) et/ou une expérience professionnelle dans différents métiers proches (conseil, formation, thérapie, développement personnel, management, vente, etc.) seront toujours utiles pour exercer le métier de coach avec compétence, sa pratique s'inscrit au sein d'un cadre de référence fondamentalement original avec une panoplie d'outils spécifiques reposant sur l’accompagnement productif du dialogue du client résolument centré sur ses résultats.
Pour devenir coach, il est recommandé :
de se former à cette profession au sein d'un organisme de formation dont la pertinence est certifiée par des organismes professionnels neutres (et pas auto certifiée),
de passer un examen de certification ailleurs qu'au sein de l'école en question, afin de s’assurer que les examinateurs ne soient pas juges et parties prenantes,
d'adhérer à au moins une organisation professionnelle de coachs,
de superviser sa pratique professionnelle au sein d’une relation prévue à cet effet avec un professionnel reconnu, et enfin
d'obtenir la reconnaissance du marché réel, autre que celle de coachs ou de futurs coachs, c'est-à-dire auprès de nombreux clients.
Voir aussi Compétences

Coïncidence

Incidents qui manifestent une correspondance.  Même si l'on peut croire qu'il s'agit souvent d'un synonyme de « hasard », phénomène qui n'existe pas on ne le répètera jamais assez, la coïncidence concerne plutôt la manifestation d'incidents qui ne sont distincts que dans leur causalité apparente. Si une coïncidence concerne des évènements qui manifestent une forte correspondance ou une corrélation pertinente dans le sens plus ou moins profond qu'on leur attribue, il peut alors plutôt s’agir de synchronicité.
Par conséquent, « coïncidence » est un terme beaucoup plus proche de cette notion de synchronicité si chère à Jung.
Il est aussi utile de savoir que les sciences exactes telle la mécanique quantique utilisent le terme de coïncidence pour remplacer le concept de causalité linéaire (cause - effet).  Elles nous proposent plutôt d’adopter un cadre de référence reposant sur une causalité circulaire pour mieux percevoir et expliquer notre réalité quotidienne.
EXEMPLE :
Je pense, donc je suis, donc je pense, donc je suis, donc... en fait, les deux coïncident ou sont en causalité circulaire. Par conséquent et de façon générale, il vaut mieux souvent remplacer le mot « donc » par « et » : « Je pense et je suis.
Dans la réalité quotidienne du coach individuel ou d'équipe, la perception des coïncidences au sein d'un contexte de causalité circulaire est une carte de lecture résolument systémique.  Cette approche permet souvent d’envisager de nouvelles perspectives.
Voir aussi Hasard, Systémique

Compétences

Le coaching est une approche qui affirme accompagner les clients dans la définition de leurs propres ambitions et dans la recherche de leurs propres solutions.   Pour effectuer cet accompagnement, les compétences d’un coach reposent totalement sur les connaissances et sur l’expertise du client dans l’univers qui lui est spécifique et personnel.  En somme, si le coach n’apporte pas de réponses au client, c’est qu’il considère que ce dernier est son principal expert dans son propre domaine.
EXEMPLE :
Le coach d’un entrepreneur n’est pas meilleur que son client dans son domaine.  Sinon, il serait à sa place.
Par conséquent, la pratique du métier de coach ne repose pas sur des connaissances théoriques ou pratiques ni sur l’éventuelle expertise du coach dans divers domaines.  La pratique du coaching repose sur le déploiement de compétences d’accompagnement spécifiques qui sont à même d’aider le client à découvrir et développer ses propres stratégies et ses solutions originales.  Par conséquent, les mêmes compétences d’accompagnement du coaching s’appliquent à tous ses clients et quelle que soient les domaines qui les concernent.
Cela fait du coaching un nouveau type de méta-métier, qui peut s’appliquer de façon indifférenciée à tous les autres métiers, voire à toutes les activités de l’homme.
ATTENTION : Il ne peut exister de spécialités dans le coaching tels le coaching individuel ou en entreprise, de transitions de vie ou d’équipe, de commerciaux, interculturels ou de couples, de politiques ou de sportifs.  Les mêmes compétences d’accompagnement de coaching s’appliquent dans tous ces domaines de façon pratiquement indifférenciée.
Par conséquent et au risque de se répéter, le coaching est un métier qui repose
sur des compétences spécifiques ou un savoir faire et un savoir être, beaucoup plus que
sur des connaissances ou un savoir.
Il est utile de préciser les compétences du coach.  L’International Coach Federation en dénombre un certain nombre telles, par exemple, les capacités :
à co-établir un accord de coaching avec le client,
à co-développer une relation de confiance et d’intimité,
à être entièrement présent pour le client,
à savoir écouter le client et lui poser des questions judicieuses et puissantes,
afin de l’aider à élargir son cadre de référence et faciliter sa prise dr conscience
à communiquer de façon directe,
à co-concevoir des actions sur le terrain du client,
à les co-planifier et les suivre.
Pour devenir coach, il est primordial d’apprendre à mettre en œuvre ces compétences de façon naturelle. Cela nécessite un apprentissage pratique qui prend souvent la forme d’un rodage systématique de nouvelles habitudes comportementales.
Voir aussi Naturel

Compétition

Du Latin competitio, qui veut dire pétitionner ensemble, comme lorsque l’on à des intérêts communs ou que l’on œuvre vers un même résultat.  Par conséquent il est utile de se rappeler qu’une véritable compétition n’est pas centrée contre un adversaire, mais vers un résultat.
Voir aussi Concurrence

Concurrence

Du Latin, pour concurrens : courir ensemble.  
Le contexte est paraît-il issu de l’observation des Grecs qui remarquèrent qu’un athlète courrait beaucoup plus vite que lui même s’il courrait à côté d’un concurrent que s’il courrait tout seul.  Par conséquent, il vaut mieux avoir une bonne concurrence et la respecter lorsque l’on souhaite continuer à progresser voire réellement se dépasser.
Certains ont l’illusion d’être dans une dynamique de gagnant lorsqu’ils s’arrangent pour éliminer leur concurrence avec des stratégies de monopole ou d’oligopole.  A moyen terme, ces tentations de contrôler le marché sont la meilleure façon de préparer sa propre perte.  Le monde des vrais sportifs de la vie quotidienne et celui du coaching proposent un cadre de référence bien plus noble reposant sur une concurrence bien plus saine.
Il est à remarquer aussi que les organisations qui développent des dynamiques négatives de compétition contre des concurrents sur le marché finissent par pratiquer leurs comportements de non coopération à l’intérieur même de leur entreprise.  Il en résulte des stratégies de compétitions négatives entre des personnes et départements qui pourtant devraient œuvrer ensemble et tendre vers un objectif commun.

Confidentialité

Savoir tenir sa langue, ou encore savoir ne pas faire l'intéressant en partageant avec autrui des informations qui sont issues d'une relation privilégiée avec une personne ou un système formel.
La confidentialité est un indicateur d'engagement envers une personne ou d'appartenance à un groupe ou à un système formel. Elle représente souvent une règle du jeu de plus en plus difficile à tenir dans un environnement où la mobilité croissante et le manque de frontières formelles font que la fidélité à long terme s'amenuise.
Il est entendu qu'une personne ou un système partagera plus volontiers et spontanément des informations vitales avec des personnes et systèmes proches (ou moins proches afin de les intéresser), et beaucoup moins avec des étrangers (ou des personnes ou systèmes sans intérêt).
EXEMPLES : le partage d'informations vitales avec des étrangers peut être passible de peine de mort pour espionnage en temps de guerre, ou de prison pour délit d'initié, en temps de paix.
Il est aussi entendu que la règle de confidentialité s'applique aux métiers de coach, de consultant, de médecin, et à toute personne impliquée au sein d'un système dont les informations vitales ne doivent pas être divulguées dans l'environnement, et à plus forte raison, auprès de la concurrence.

Conflit

Il existe plusieurs façons de percevoir un conflit :
• La plus courante est de le considérer comme indésirable et de tout faire pour l’arrêter.
• Il est aussi possible de le percevoir comme une première étape de recherche de solution pour sortir d’une situation bloquée. En effet, lorsqu’un conflit est « larvé », personne n’y prête attention, et il est ignoré.
• Comme une recherche d’attention voire un appel à l’aide par une ou plusieurs personnes au sein d’un environnement abandonné à lui-même.
• Comme un accord inconscient entre deux protagonistes pour occuper la scène et être le centre d’intérêt, ou encore pour ralentir une évolution naissante au sein de l’environnement.
• Comme une action qui sert à faire diversion pour attirer l’attention loin d’un vrai problème.
• Comme une occupation alternative qui comme une soupape empêche l’apparition d’un vrai problème.
Par conséquent, il est toujours intéressant pour un coach de poser la question de l’utilité systémique d’un conflit avant de s’engager à accompagner un client pour l'aider à le résoudre.  En effet, certains problèmes apparents peuvent en fait être des solutions.
Confrontation

Confrontation

Proche de la notion d'affrontement qui évoque aussi la relation « de front à front » comme lors d'une prise de becs. Plus concrètement illustratif de la relation « frontale » entre deux béliers dont les directions s’opposent.
Dans les métiers de la communication, la confrontation, c'est l'art de communiquer à autrui la perception d'une incohérence entre ses paroles et ses actes, ou plus particulièrement de son non-respect d'un contrat explicite ou tacite dont on attend l'application ou les résultats.
Pour mémoire, une confrontation efficace est réputée:
• commencer par une demande d'accord de confrontation auprès de la personne ou du groupe concerné,
• inclure ensuite un rappel du contrat explicite ou tacite perçu comme non respecté, suivie d'une expression précise de l'occurrence et éventuellement des conséquences de son non-respect,
• conclue enfin par une demande raisonnable de changement ou de réparation dans un délai précis.
Un dérapage courant consiste à utiliser ce terme un peu galvaudé dans les milieux de la communication pour justifier la critique spontanée et quelquefois agacée du comportement d'une personne ou d'une entité collective en l'absence totale d’un contrat ou d'un engagement préalable explicite voire tacite.
Partant du principe qu'il est difficile d'accompagner le changement d'une personne ou d'un système si l'on cherche à obtenir son approbation, il est utile pour un coach de savoir confronter et de modéliser auprès de ses clients une pratique constructive de l’art de la confrontation. En coaching d’équipe, il est aussi utile de proposer cette méthode comme approche possible de résolution de problèmes collectifs.
Voir aussi Bienveillance

Confusion

Etat chaotique ou de circularité négative qui caractérise les interfaces au sein d'une personne ou d’un système très fluide (voire gazeux) ou peu structuré. La confusion ou le chaos est un excellent indicateur de potentiel de créativité, de changement, de développement, de remise en question voire de transformation. Par conséquent, la confusion est l'état naturel des entrepreneurs et autres créateurs ou artistes tels qui sont perçus par des managers, des juristes ou des financiers.
• ATTENTION: lorsqu'une personne exprime sa confusion en soulignant qu'elle n'arrive plus à suivre les débats au sein d'un groupe ou d'une équipe, elle ne fait souvent que ressentir et manifester la confusion propre au système.
Par conséquent et paradoxalement, une personne qui exprimerait sa confusion au sein d’un système en est probablement le membre le moins confus. Bien entendu, cela n’empêchera nullement les autres membres de se lancer dans de multiples explications contradictoires voire encore plus confuses afin de tenter de la faire replonger au sein du chaos ambiant.
Un état de confusion perçue par autrui n'est quelquefois que la réaction à la manifestation d'un mode opératoire créatif et polychronique plutôt que linaire et organisé.
Au niveau systémique, la confusion est souvent un indicateur d'un excès d'énergie, de perméabilité, de réceptivité, et de créativité (penser à certaines « start-ups » ou à certains artistes créatifs) dont les enjeux consistent souvent à mettre en place un minimum (point trop n'en faut) de structure à la fois formelle et relativement durable.

Consensus

Comme en « recherche de consensus »: concept relativement flou ou réputé « mou » de partage d'informations et/ou de prise de décision, ce qui n'est vraiment pas la même chose.
ATTENTION : Il n’y a rarement de consensus sur la définition de ce concept au sein des environnements où il est couramment usité.
La recherche de consensus est un processus souvent revendiqué au sein de systèmes relationnels ou « claniques » dont le fonctionnement repose sur des luttes intestines d'influence entre clans représentés par des « barons ». Dans ces contextes, le processus de « recherche de consensus » est souvent manipulateur. Il est appliqué dans des environnements où les règles du jeu sont soit peu élucidées soit jamais appliquées, au profit de décisions « raisonnables » ou conservatrices qui changent peu de choses et préservent le statu quo.
Par conséquent, au sein de ces systèmes très relationnels, la « recherche de consensus » est un processus informel et souvent inefficace qui se veut paritaire et qui, au nom d'une approche communautaire, semble surtout servir les mêmes groupes d'intérêts conservateurs et/ou privilégiés.
Lorsqu'il s'agit de prendre des décisions dérangeantes, par exemple centrées sur l'augmentation de la performance, au sein de systèmes collectifs, il est souvent utile pour un coach d'aider à différencier le processus de consultation, utile sinon indispensable, du processus de décision statutaire prévu dans les statuts juridiques et écrits lors de la création du système.
Au sein de systèmes en réseau relativement mûrs et statutairement non hiérarchiques, la recherche de consensus peut être un processus de dialogue qui sert à créer un « esprit » ou cadre de référence collectif et puissamment fédérateur.
Voir aussi dialogue

Page





NEWSLETTER

Pour vous abonner


PARUTIONS

Contact

Tél. : +212-(05)22 94 38 38
Fax : +212-(05)22 94 38 45
GSM: +212-(06) 61 25 39 04 / 79 93 93 08
Adresse: Résidence Yasmine - Bd Ghandi - Casablanca - Maroc
contact@caprh-maroc.com

nzhamieddine@yahoo.fr
www.caprh-maroc.com