LEXIQUE

TERMINOLOGIE PARADOXALE OU IMPERTINENTE DE COACHING INDIVIDUEL, D'ÉQUIPE ET D'ORGANISATION

Au sein d’un contexte social et professionnel depuis longtemps habitué à manier un grand nombre de termes de communication, il est bien difficile pour une technique nouvelle et fondamentalement différente comme le coaching d’affirmer et de faire comprendre son originalité, surtout en passant par les mêmes mots
De plus, le verbe est trompeur.  Il peut cacher autant qu’il ne révèle.  Lorsque les mots traduisent une pensée ou une émotion, ils ne lui sont que rarement fidèles.  D’ailleurs les mots trahissent sans discrimination ceux qui les émettent comme ceux qui les entendent.
Le coaching est une nouvelle pratique beaucoup plus qu’une une théorie.  Ce métier est une façon de faire et d’être plus qu’un corpus de connaissances.  Par conséquent, parler du métier de coach n’est pas du tout évident.  Pour définir sa différence ou sa spécificité, le choix des mots adéquats est primordial.
Par ailleurs, l’essentiel des compétences d’un coach repose sur sa pratique professionnelle d’un ensemble de techniques de communication.   Bien entendu, si la première de ces techniques est l’écoute, la seconde est l’expression qui passe obligatoirement par le judicieux choix des mots justes. 
Il est important aussi de préciser que l’écoute du coach n’est pas tant centrée sur le problème perçu ou sur l’ambition avouée par le client.  Lorsque ce dernier s’exprime ou se tait, le coach écoute surtout sa façon d’être et d’exprimer ses motivations et enjeux.  En effet, le coach ne se concentre pas seulement sur la compréhension du contenu apparent du discours, mais aussi et surtout sur la musique des phrase, sur les formes et les ombres de l’existence du client, sur le sens caché de ses expressions, sur les structures et schémas sous jacents que son exposé laissent indirectement apparaître.
En effet, afin d’accompagner son client dans un changement de perspective puis dans la mise en œuvre de nouvelles stratégies de réussite, l’écoute du coach est centrée sur le cadre de référence du client, sur sa façon de réfléchir, de sentir, et d’agir.  Le coach cherche à appréhender les croyances du client, son système de valeurs, ses habitudes de pensé et d’émotion, ses schémas de comportements etc.  C’est sur les processus du client que l’écoute du coach est centrée et ceux-ci sont souvent révélés par ses choix linguistiques.
Ensuite, le travail du coach consiste à intervenir de façon pertinente, courte et précise, pour provoquer silence et réflexion chez le client, parfois par une question, une reformulation ou encore par le partage d’une perception
Le moment d’intervenir et le choix des mots du coach sont choisis pour leur puissance, pour leur efficacité et pour leur précision.  L’objet de cette intervention verbale et presque chirurgicale est par quelques mots, de provoquer un brusque recul, de proposer un changement radical de perspective.
Cette attention particulière

  • d’une part sur la qualité de la communication du client et
  • d’autre part sur l’application pertinente de compétences choisies de la part du coach

souligne que le coaching efficace repose d’abord sur des compétences auditives, puis sur une expression verbale à la fois précise, puissante et respectueuse.
Pour illustrer l’importance primordiale des mots dans le métier de coach, ce lexique propose un retour partiel et partial sur le sens des expressions quelquefois utilisés pour décrire cette profession, et pourquoi pas pour aider à définir d’autres métiers qui se veulent proches.
Ce glossaire ne prétend pas être exhaustif. Chaque définition tente surtout de proposer au lecteur une réflexion linguistique qui se veut pédagogique sur le contexte du métier de coach « systémique » pratiqué auprès d’un individu à titre personnel ou professionnel, quelquefois au sein d'une équipe, d'une entreprise ou d’une organisation. 
Sachant que chaque définition ci-dessous renvoie souvent le lecteur d'un terme à un autre, et sachant que le sens que nous donnons à chacun des mots ne peut être véritablement compris qu'en percevant sa place au sein de l'ensemble auquel il participe, il est suggéré de consulter le lexique dans son ensemble, et bien entendu de façon aléatoire.  A cette fin, l’ordre des termes proposé dans ce glossaire est alphabétique.

Pour vous procurer le Dictionnaire du Coaching, paru aux Editions d'Organisation en 2009



0-9- A- B- C- D- E- F- G- H- I- J- K- L- M- N- O- P- Q- R- S- T- U- V- W- X- Y- Z

Victime

Rôle central du triangle dramatique inventé par Stephen Karpman sans lequel les deux autres rôles de Persécuteur et de Sauveteur n’ont aucun sens.  Il est souvent envisageable de concevoir que le rôle de Victime ne sert qu'à dissimuler des Persecuteurs et Sauveteurs qui cachent leurs vrais visages.
Cela donne au rôle de Victime un énorme ascendant sur les deux autres rôles.  Il est très largement sous estimé par la grande majorité du public.  Il faut aussi souligner que le rôle de cette grande majorité est prévu dans la dynamique du triangle dramatique, mais rarement mentionné, justement sous l’appellation du « Public ».
Voir aussi Témoin

Vide

Rien, comme le grand néant au sein de l’espace, entre les étoiles.  
Domme le ferait une vulgaire pompe en provoquant une aspiration, le vide appelle le plein.  La fonction de la matière est de remplir le vide.  C’est d'ailleurs le principe matérialiste fondamental qui régit la société de consommation.
Toutefois et paradoxalement, il faut savoir qu'il y aurait  bien plus de masse et d’énergie dans le vide de l’univers que dans l’ensemble des étoiles, planètes et autres constellations perceptibles.  Certains décrivent d’ailleurs la matière perceptible comme du vide qui aurait perdu de sa transparence, de sa souplesse et de son énergie.  Par conséquent, la matière perceptible serait une sorte de vide fossilisé, potentiellement bien moins puissante.
Cette réflexion peut servir de métaphore pour illustrer l’importance et la puissance des espaces entre les lieux perceptibles au sein d’un système.  Lorsqu’un coach œuvre au sein d’un ensemble comme en coaching d’équipe ou d’organisations, il lui est bien plus utile de se concentrer sur les espaces ou les vides entres les membres du système, que sur chacun d’entre eux pris individuellement.  De même en coaching individuel, il est très utile de se centrer sur le développement du potentiel des interfaces pertinents autour du client singulier.
Cet espace ou ce vide entre les personnes d’un même système est communément habité par les interfaces opérationnels, fonctionnels, énergétiques, etc.
ATTENTION : Les interfaces performants au sein d’un système ne se limitent aucunement aux bonnes relations au sens social ou psychologique du terme.  Il est même courant de remarquer que lorsque les relations sont très bonnes au sein de certains systèmes, cela tient surtout à un soigneux évitement de la part des membres de créer des interfaces de performance.
Le maniement du vide est une stratégie centrale dans la pratique quotidienne du coaching.  Il est mis en oeuvre par le silence du coach, par l'écoute profonde du client, et il est régulièrment appelé par des reformulations et questions puissantes.  C'est par un maniement judicieux du vide que le coach créé un environnement propice à l'expression des aspirations de son client.
Voir aussi Interface, Aspiration, Silence

Virus

Couramment, une substance organique capable de transmettre la maladie. Germe pathogène, et par extension principe de contagion comme pour des virus informatiques. Les virus se reproduisent à partir de leur seul matériel génétique, et certains sont capables de profondément modifier la génétique d’un autre organisme en s’attaquant à son ADN.  Si l’on considère que cette dynamique de transformation est dangereuse, il faut bien entendu s’en protéger.
Il est aussi utile de considérer qu’une approche virale positive peut être extrêmement efficace pour effectuer par reproduction naturelle des transformations profondes au sein d’organismes vivants et complexes par une modification utile de leur ADN.
Lorsqu’un coach accompagne une personne, une équipe ou une organisation par exemple, il lui est souvent utile de concevoir que l’évolution de ce client individuel ou collectif peut avoir un effet bénéfique voire catalyseur sur l’ensemble de son environnement direct.  Il peut ainsi développer quelques stratégies d'accompagnement de systèmes plus larges.
EXEMPLE:
Quels sont les personnes et ensembles influents au sein d’un système, qui sont naturellement pris comme des modèles par leur environnement ?
Quelle stratégie de changement mettre en oeuvre auprès de ces individus et  équipes afin d’avoir à terme un effet  positif sur leur environnement immédiat ?
Quels types de processus interactifs résolutoires sont à même d’être très naturellement reproduits dans quels types d’organisations ?
Il est utile pour un coach individuel, d’équipe ou d’organisation de tenir compte de l’effet systémique que peut avoir un tout petit changement sur l’ensemble de la constellation environnante.
Voir aussi Constellation, Génétique, Systémique

Vision

Capacité élargie du sens de la vue.  En entreprise, ce mot est habituellement utilisé lorsque l’on parle d’une perception quasi visuelle projetée dans l’avenir.  Une vision décrit généralement un contexte d’avenir pressenti souvent à dis, vingt ou trente ans, au sein duquel la mission d’une entreprise peut ensuite être définie.
EXEMPLE :
Vision (de l’avenir) : Dans les vingt ans et au sein des entreprises au niveau mondial, les équipes et leurs hiérarchies telles qu’elles existent d’aujourd’hui vont disparaître pour être remplacées par des réseaux éphémères, ouverts, très étendus et à configurations avariables et daptables, centrés sur des projets restreints, caractérisés par des relations paritaires et collaboratives.
Mission (d’une entreprise de services aux entreprises) : Se développer dès à présent en modelisant ce type de structure pour être précurseur dans la fourniture d’outils de communication et de services au bénéfice des organisations du futur.
Une vision clairement partagée par un grand nombre de personnes, suivie par la co-élaboration d’une mission précise et motivante permet de créer un ciment et une motivation à même de faciliter une mise en oeuvre collective extrêmement performante.
La mobilisation et l'engagement que permet une vision et une mission partagée facilite le développement d'un esprit colletif relativement fort.  Cette dynamique est particulièrement recommandée au sein d’organisations en réseau pour compenser leur manque de structure formelle, de contrôle et de centralisation.
En effet, les réseaux qui ne reposent pas sur un esprit collectif cohésif deviennent souvent relativement inefficaces  par  leur frontières peu définies et leur force essentiellement centrifuge.
Voir aussi, Conspiration, Projet, Réseau

Zéro

Comme en « approche base zéro », stratégie minimaliste popularisée en entreprise par les notions de zéro papier, zéro bureau, zéro délais, zéro défauts, etc.
L’approche « base zéro » est une des stratégies privilégiées parmi celles qui permettent un changement radical de cadre de référence. L'approche « base zéro » propose aux partenaires d'un projet d'avenir de faire comme s'il n'avaient aucun moyen ni aucune habitude héritée du passé afin de partir de rien ou de « zéro ».
ATTENTION: Il ne s’agit pas de réinventer la roue, mais plutôt d’imaginer comment on peut s’en passer.
EXEMPLE: Mis en oeuvre dans la compilation d'un « budget base zéro » il est demandé aux bénéficiaires d'un futur budget de faire abstraction de toutes les ressources octroyées les années précédentes et de justifier la nécessité de dépenser chaque euro ou de réclamer chaque ressource sur l'année à venir.
Dans d'autres domaines stratégiques ou pratiques comme en coaching, une application rigoureuse de l'approche « base zéro » est une attitude créative qui permet souvent de remettre en question de vieilles habitudes de pensé et de comportement et de relativiser le poids quelquefois pesant de l'histoire.
Pour un coach les questions qui reposent sur une « base zéro » sont souvent des questions puissantes qui aident un client à retrouver ses motivation plus profondes. La mise en œuvre de ces motivations n’est ensuite qu’une question de moyens.
EXEMPLES :
« Si vous faites abstraction de toutes ces contraintes, quelle serait votre solution idéale ? »
« Si vous pouviez repartir à zéro, quelle serait votre décision aujourd’hui ? ».
« En supposant que rien ne puisse vous empêcher de déployer votre potentiel dans de nouvelles directions, quelle est le domaine d’activité qui vous motive le plus ? »
« Qu’est-ce que souhaitez vraiment faire de votre avenir? »
Voire aussi Héritage, Juste à Temps

ARTICLES
Enjeux de Leaders et Managers
LES REUNIONS DELEGUEES
LA CIRCULARITE
L'Esprit du Coaching
Le Coaching, une Action Politique
Le Coaching, un Métier en Evolution
Coaching d'Equipe de Direction vs Coaching d'Organisation
Coaching Systémique d'Organisation: Quelques Principes
Architectures de Coaching Systémique d'Organisation
OUTILS : Le Coach Systémique: Posture et Démarche
OUTILS I : La Relation de Coaching
OUTILS II : Les Questions de Coaching
OUTILS III : Le Contrat en Coaching
OUTILS IV : Le Coaching Systémique
Comment Devenir Coach (FAQ)
Le Positionnement du Coach
Le Contrat Triangulaire
La Supervision de Coachs d'Equipe et de Coachs de Dirigeant
Le Triangle Dramatique
Les Jeux de contrats
Deux Jeux Triangulaires
Le Triangle Stratégique
Fusions, Acquisitions et autres rapprochements
Autres articles...

Page





NEWSLETTER

Pour vous abonner


PARUTIONS

Contact

Tél. : +212-(05)22 94 38 38
Fax : +212-(05)22 94 38 45
GSM: +212-(06) 61 25 39 04 / 79 93 93 08
Adresse: Résidence Yasmine - Bd Ghandi - Casablanca - Maroc
contact@caprh-maroc.com

nzhamieddine@yahoo.fr
www.caprh-maroc.com